La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement ouvert 04 95 09 27 83
logo Biocoop
Biocoop Endoume

Éco-anxiété, c’est pas la fin du monde

Éco-anxiété, c’est pas la fin du monde

Le 22/02/2021

C’est le moment d’être résilient. La planète va mal et nous avec. Sauf si on décide de positiver sa prise de conscience et d’en faire une force. Petite boîte à outils contre la déprime écolo.

C’est le moment d’être résilient. La planète va mal et nous avec. Sauf si on décide de positiver sa prise de conscience et d’en faire une force. Petite boîte à outils contre la déprime écolo.

par Marie-Pierre Chavel

Et vous, si vous n’y êtes pas indifférent, vous l’appelez comment votre état émotionnel face à la crise environnementale ? Éco-anxiété, solastalgie, dépression verte, burn-out écolo ? Charline Schmerber, praticienne en psychothérapie, propose « souffrances psychiques nouvelles issues des dégradations du monde actuel ». C’est du lourd ! Et pour cause : l’expression résume les 175 termes exprimant un ressenti devant « les enjeux de la dégradation de la planète » qu’elle a collectés lors d’une enquête auprès d’un millier de personnes*. Les plus souvent cités : colère, tristesse, impuissance, peur… Et, quand même, en 5e position, espoir.

Ces ressentis psychiques, parfois physiques, sont le signe, selon la thérapeute, « d’une conscience éveillée, chez des personnes saines dans un monde qui s’ignore fou ». Mais rester avec sa douleur, si saine soit-elle, n’arrange rien. Il y aura plus de bénéfice, pour soi et pour le nouveau monde qui reste à construire, à prendre le chemin de la résilience**.

action nettoyage de la nature

METTRE DES MOTS SUR LES MAUX

Dompter son éco-anxiété, c’est d’abord l’accepter pour qu’elle ne nous dévore pas. Se dire « qu’elle fait dorénavant partie du paysage, qu’elle repassera régulièrement nous saper le moral », parce qu’elle ne se soigne pas mais s’apprivoise, écrit Laure Noualhat dans Comment rester écolo sans finir dépressif (Éd. Tana). La journaliste spécialiste de l’environnement conseille d’attendre d’abord que la peine se dissipe. Ne rien faire. C’est le temps du deuil, celui du monde tel qu’on l’a connu. La libération de la parole, dans un contexte où l’on sera écouté, compris, où l’on peut créer du lien alors que la question écologique peut diviser, accélérera probablement le processus. En dehors de ces cercles de convaincus (associations, groupes de parole, thérapeutes…), un discours trop empreint d’affect risque d’être inaudible pour l’auditoire qui vous laissera alors à vos angoisses.

Pour entraîner son monde derrière soi sans y laisser des plumes, on peut essayer de donner envie. Vous faites vous-même ce savon à barbe qui sent si bon ? Votre superbe garde-robe est issue essentiellement de seconde main ? Quelle économie pour le porte-monnaie et pour la planète ! De quoi séduire parmi les plus sceptiques.

consommer moins mais mieux

CIBLER POUR ÊTRE EFFICACE

L’action, c’est le vrai remède de l’éco-anxieux. « L’étymologie d’émotion, c’est ex-movere, il y a unenotion de mouvement, développe Charline Schmerber. Anxieux, on se sent impuissant. Se mettre en action, c’est retrouver un sentiment d’utilité. » Gaétan Nizan, coprésident de l’association Génération Cobayes, l’illustre avec un exemple très simple : « Participer à une action de nettoyage de la nature ou de la rue fait du bien mentalement. Avant, c’était sale, après, c’est propre. Et on a un sentiment de satisfaction. » Une vraie bouffée d’oxygène dans la déprime ! Consommer moins mais mieux, manger bio et local, pratiquer la désobéissance civile…, il y a une multitude de choses à faire. Ç’en est presque décourageant. Comme la petite voix, intérieure ou extérieure, qui vous susurre régulièrement un « c’est trop tard, ça nesert à rien d’agir » vous renvoyant à votre désespoir.

« Pour dégonfler le sentiment d’impuissance, rien n’est plus efficace que de parler de capacité à agir plutôt que de capacité à répondre au problème », suggère Laure Noualhat pour nous remettre en mouvement, avec des actions qui semblent réalistes, chacun de son point de vue, avec un objectif atteignable. Même si on a le droit de penser qu’il le faudrait, tout le monde ne peut pas aller envahir les tarmacs pour dénoncer les conséquences du trafic aérien sur le climat…

Quand agir ne suffit plus à calmer ses angoisses, vient le moment de se reconnecter. Aux autres, pour profiter de la puissance du collectif. Au vivant, pour respirer au rythme de la nature, sentir que l’on fait partie de ce grand tout et rentrer apaisé de sa sortie en forêt. Et au présent car le passé est passé et le futur n’est pas encore totalement joué. On peut le faire par la méditation. Charline Schmerber conseille aussi de tenir un journal, de dessiner ou encore de réfléchir à ce qui fait ressource à l’intérieur de soi et qui restera quel que soit l’état du monde. Parmi ces ressources, il y a souvent notre capacité à prendre soin de nous, peut-être même des autres. Elle est utile pour entrer dans le mouvement tel que l’écrit Laure Noualhat : « Nous sommesdésormais des millions et nous aurons besoin de toutesnos potentialités pour être le changement que nousvoulons voir advenir. »

1, 2, 3, ACTIONS !

Quand on se sent seul et apathique face aux problèmes environnementaux, on peut compter sur les partenaires de Biocoop pour se mettre en action.
Avec Enercoop, fournisseur d’électricité 100 % renouvelable, on participe au recul des énergies nucléaires et fossiles. enercoop.fr
Avec La Nef, coopérative financière, l’épargne ne finance aucun projet climaticide. lanef.com
Avec Mobicoop, plateforme de covoiturage libre sans commission, la mobilité partagée réduit le nombre de voitures sur les routes sans enrichir des actionnaires. mobicoop.fr
Avec Générations Cobayes, mouvement de jeunes consommateurs, on sensibilise les 18-35 ans aux liens entre pollution et santé. Sa prochaine campagne : la santé mentale des jeunes. generationscobayes.org

 

* solastalgie.fr

** Capacité à triompher des traumatismes subis

Retrouvez cette enquête dans le n° 115 de CULTURESBIO, le magazine de Biocoop, distribué gratuitement dans les magasins du réseau, dans la limite des stocks disponibles, ou à télécharger sur le site de Biocoop.

Retour